The Ivory Foundation soutient l’association « Agroécologie & Solidarité », l’un des lauréats de l’appel à projets 2019, dans un projet visant à valoriser les champs agroforestiers et des pratiques des paysans afin d’améliorer leur autonomie et leur niveau de vie tout en inversant les phénomènes de désertification.

La hausse des températures mondiales, les perturbations climatiques, la croissance démographique, l’épuisement progressif des ressources en eau et la déforestation, pèsent lourdement sur les conditions de vie des populations sénégalaises. De plus, la conversion rapide d’un modèle d’agriculture vivrière vers une agriculture de rente a conduit les paysans sénégalais à emprunter des techniques agricoles (recours massif aux engrais chimiques, suppression des jachères, surpâturage, émondage excessif des arbres naturels pour nourrir le cheptel) qui ne font qu’accélérer le front de destruction des ressources naturelles.

Depuis l’indépendance, les autorités sénégalaises s’efforcent d’endiguer le processus de déforestation. Cependant, n’étant pas conçus pour intégrer et sensibiliser la population locale, ces programmes n’ont pas réussi à freiner le processus de déforestation et les forêts continuent de régresser à un rythme de 20 000 hectares par an. Par ailleurs, le développement de l’agro-industrie a conduit de nombreux paysans sénégalais dans une logique de dépendance vis-à-vis des semences et des produits de traitement.

Les paysans sahéliens se trouvent bien souvent dépourvus face à cette évolution et piégés dans une logique de dépendance. L’implication et la participation de la population rurale dans les programmes de développement, sont donc primordiales pour stopper et inverser le processus de dégradation des terres et de déforestation.

En proposant aux paysans une autre relation à la terre, en valorisant la connaissance et la perception sensorielle de sa fertilité, l’agro-écologie leur permet de sortir de cette situation de dépendance aux engrais, aux pesticides et aux semences (hybrides), qui peuvent être élaborés gratuitement et de manière écologique à partir de plantes disponibles localement. De plus, l’association d’arbres fertilitaires aux cultures permet de résoudre les problèmes d’érosion et de fertilité, de sécuriser les parcelles, de créer un microclimat propice aux cultures et de fournir, à terme, des ressources en bois et fourrage. Ainsi, ce processus d’autonomisation des populations rurales sénégalaises permet de maintenir du travail et des conditions de vie dignes dans les zones agricoles, de renforcer la sécurité alimentaire et de ralentir l’exode rural.